Petit village situé dans le Sud messin à une quinzaine de kilomètres de Metz, connu déjà dans  

la 1ère moitié du 12ème siècle et qui appartenait à

l’ abbaye de Sainte Marie aux Nonnains de Metz.


     On n’y compte à ce jour environ 450 habitants.
C’est encore un village essentiellement rural avec

ses cinq fermes : quatre à Sillegny et une à Loiville (petit hameau faisant partie du village de Sillegny).
Sillegny est surtout connu pour son église, qui de part son style gothique flamboyant est de la fin du 15ème siècle.
     La tour fortifiée est du 14ème siècle. Les

habitants pouvaient s’y réfugier ; preuve en est:

ses meurtrières.  


     Elle fut classée monument historique en 1885 pendant l’occupation allemande.
Vue de l’extérieur, elle n’a rien de remarquable,

mais dès que vous avez passé la porte c’est l’enchantement car, un jour de grâce de l’an 1540

un peintre ambulant italien (on suppose) est passé par là et s’est mis au travail.


     A une époque qui nous est inconnue, toutes les peintures furent recouvertes d’un badigeon ; ce badigeon a d’ailleurs sûrement contribué à leurs protections.
     C’est en 1845, au cours d’un nettoyage, qu’elles furent redécouvertes à la grande joie de l’abbé Schnabel, alors curé de la paroisse.


    Dernièrement une très belle restauration a redonné tout son éclat à notre église ; ce travail a été confié à la Société Arcams sous la houlette de

Mr Olivères.


    Ce paisible village fut détruit à 95% en 1944, il

ne restait que quelques maisons debout quand les habitants de Sillegny rentrèrent de l’expulsion en 1945 ; ils avaient passé 5 ans de guerre dans la

petit ville de Mauvezin dans le Gers.


   Ils avaient quitté leur cher village en novembre 1940 pour pouvoir rester français.
Sur la place du village, un château du 19ème siècle ayant appartenu pour un temps à François de Curel l’académicien, fut aussi détruit pendant la guerre.
C’est ici que la plupart de mes ancêtres ont vécu

c’est là aussi qu’il fait bon vivre

                                                          Mme Pabisiak